accueil interventions communiqués chartreuse : et si l’on optait plutôt pour le débat ?

Chartreuse : et si l'on optait plutôt pour le débat ?

vendredi 4 mars 2011,

Tags liés à cet article :

 

Ce jeudi 3 mars, l’échevin de l’urbanisme de la Ville de Liège, M. Michel Firket, a jugé opportun, à l’occasion d’une conférence de presse où était abordé le dossier de la ZACC de la Chartreuse, de chercher à jeter le discrédit sur notre association, considérée par lui comme un groupe de « détenteurs de vérité » animé par un « but politique » et risquant de « fragiliser un projet délicat et déterminant pour Liège en créant de fausses polémiques ». Cela parce que nous avons rendu public, le 10 février dernier, un document d’une dizaine de pages formulant une série de propositions et de commentaires sur les développements immobiliers prévus sur le site de la Chartreuse.

Nous y faisions part de notre souhait de voir le projet de la Chartreuse orienté dans le sens d’une densité plus forte (ce que l’échevin semble avoir partiellement entendu, puisqu’il annonce à présent 500 logements sur le site, chiffre plus élevé que tous ceux qui ont précédé). Nous y plaidions pour que soit prise sérieusement en compte la question de l’aménagement de l’immense espace vert de la Chartreuse et de ses relations avec les quartiers alentours, par la réalisation d’une étude paysagère d’ampleur, l’étude d’une possible coulée verte vers la rue Grétry et d’autres propositions. Nous y exprimions des craintes au sujet des problèmes de mobilité qui se posent d’ores et déjà dans le quartier, proposant diverses solutions dont la création d’une nouvelle ligne de bus de proche rocade (M. Firket étant président du TEC Liège-Verviers, nous ne doutons pas qu’il examinera cette proposition avec intérêt). Nous faisions enfin part d’une préoccupation concernant le caractère trop privatif à nos yeux de ce projet et concernant l’absence de logements sociaux sur le site.

Les propos de l’échevin s’inscrivent malheureusement dans un contexte de méfiance larvée à notre égard de la part de lui-même et de son entourage — selon qui, en substance, notre association brillerait par son caractère « non constructif », par son « refus du dialogue » ou par la défense d’intérêts particuliers.

Nous ne souhaitons pas répliquer à ces allégations déplaisantes. Chacun peut en effet en juger par soi-même — par exemple en lisant nos nombreuses publications, qui sont systématiquement publiées sur le web, et en les critiquant, toutes nos pages web étant pourvues d’un espace de débat ouvert à tous.

Par contre, nous souhaitons inviter M. Firket à tenir, sur le dossier de la Chartreuse, un débat public dont nous nous proposons de prendre en charge l’organisation pratique et dont les modalités seront à négocier. Cette invitation à débattre fait l’objet d’un courriel que nous lui avons transmis ce jour.

En effet, il nous semble que si notre position — qui est notamment celle de la seule association citoyenne active sur les questions d’urbanisme à l’échelle communale — mérite d’être si violemment dénigrée par l’échevin, elle devrait aussi mériter de sa part une réfutation en bonne et due forme, substantielle, argumentée et basée sur nos écrits.

 

Le forum de cet article

3 messages

Chartreuse : un classement fantôme
posté le 21 mars 2011 par Thierry Spire

Le site du fort de la Chartreuse, au même titre que les espaces verts qui le jouxtent, a été classé dans sa totalité par le Gouvernement wallon. On se plaît semble-t-il à l’ignorer.

Rappelons donc que le classement est une servitude d’intérêt public. Il n’interdit aucun projet a priori, mais impose que soient préservées les caractéristiques substantielles ayant justifié la mesure de protection. Il ne s’agit pas d’une obligation morale mais d’une disposition légale.

Or rien de tel n’apparaît pourtant dans les documents d’aménagement : ni sur l’intérêt qui fonde le classement de la Chartreuse, ni forcément sur la compatibilité du projet avec cet intérêt.
À plusieurs reprises pourtant, le Conseil d’État a rappelé qu’aucun plan d’aménagement, aucune autorisation administrative (permis d’urbanisme par exemple) ne pouvait modifier une bien classé de manière substantielle, sauf à le déclasser au préalable.

La proposition de densification avancée par UrbAgora me semble donc, au mieux, prématurée : il faudrait en effet commencer par démontrer en quoi le projet actuel ne porte pas atteinte aux caractéristiques ayant motivé le classement...


La balle est dans le camp de Michel Firket
posté le 7 mars 2011 par Daniel M.

Je salue cette réaction très modérée, qui évite de rentrer dans la surenchère et permet de faire porter le débat sur l’essentiel : la politique urbanistique de la Ville de Liège, en l’occurrence dans un dossier qui est effectivement, comme le dit M. Firket "délicat et déterminant" pour Liège.

La balle est maintenant dans le camp de l’échevin. On espère qu’il va avoir l’élégance de la saisir... Ce débat sur la Chartreuse serait assurément une bonne chose.


Un malentendu né d’un climat difficile
posté le 7 mars 2011 par Thomas

J’ose croire qu’il s’agit davantage d’un « malentendu » né d’un climat difficile. M. Firket doit lui-même faire face à de très nombreuses critiques, souvent venues de groupes ou d’individus foncièrement non constructif, je pense. Mais ce n’est pas le cas d’urbAgora.

Ne nous offusquons pas et allons plutôt boire une bière tous ensemble ! Je suis persuadé que nous sommes tous de bonne volonté...


Poster un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.