accueil interventions lettres ouvertes courrier à philippe henry

Courrier à Philippe Henry

Tags liés à cet article :

Courrier du 11 novembre 2011

Monsieur le ministre,

Nous prenons bonne note de votre courriel envoyé ce 10 novembre en soirée et adressé aux personnes qui vont ont interpellé ces derniers jours. Nous vous en remercions.

Nous prenons acte avec plaisir de votre volonté affirmée d’organiser des séances de concertations dans les quartiers au cours des prochains mois. Indéniablement, il s’agit d’une démarche utile et attendue. Il nous semblerait cependant plus intéressant pour les personnes qui participeront à ces séances qu’elles aient lieu préalablement à la décision politique, de façon à ce que les remarques qui seront formulées puissent être prise en compte dans la réflexion du gouvernement.

C’est la raison pour laquelle, profitant du délai de quelques jours qui nous est laissé, j’ai l’honneur de m’adresser à vous pour solliciter une entrevue avant que le gouvernement ne prenne une décision dans ce dossier. Bien sûr, urbAgora n’est qu’un acteur associatif parmi beaucoup d’autres. Il nous semble cependant que notre apport dans le débat justifie que vous preniez le temps de nous entendre avant de couler votre décision dans le bronze.

Cette entrevue nous semble notamment utile en raison des malentendus qui subsistent. Vous faites ainsi allusion, dans votre courriel, aux très nombreuses expropriations, rue Lamarck ou rue Saint-Léonard, qu’impliquerait le passage du tram par l’intérieur du quartier St Léonard. Loin de nous l’idée de vous soupçonner d’agiter une telle idée pour faire peur aux citoyens ; nous pensons néanmoins devoir attirer votre attention sur le fait qu’aucun intervenant significatif dans le débat n’a, à notre connaissance, réclamé un tracé passant par ces voiries.

Vous faites allusion à une étude qui aurait été réalisée sur le sujet. Nous souhaiterions que celle-ci soit rendue publique, comme toute les autres d’ailleurs. Nul doute que cela rendrait la discussion plus factuelle et plus constructive. Si cette étude démontre de façon crédible que l’option que nous défendons dans ce quartier (le passage par les rues Maghin, Dony, St Léonard et Commandant Marchand, avec création d’un pôle multimodal avec le train et le téléphérique place Vivegnis) est impossible, nous nous inclinerons avec le sourire : notre but a toujours été et reste plus que jamais l’amélioration de la qualité de vie des habitants de la ville. Nous n’avons nulle intention de nous perdre en vaines polémiques.

Dans l’espoir d’une réponse positive de votre part, je vous prie d’agréer, Monsieur le ministre, l’expression de ma considération sincère.

Pour l’asbl urbAgora,

François Schreuer
Président

 

Le forum de cet article

7 messages

Courrier à Philippe Henry
posté le 23 novembre 2011

Monsieur le Ministre,

Le pire dans un débat dit "démocratique", c’est à mon sens quand des positions sont défendues de bonne foi, mais sur base d’une information tronquée ou lacunaire. Quel gaspillage d’énergie !
C’est me semble-t-il le soucis premier de l’interpellation qui vous a été adressée par UrbAgora : que soient rendues publiques les études et leurs conclusions qui déterminent le tracé du projet et ses conséquences en termes d’efficacité et de coût.
En ces temps difficiles cela me paraît de première nécessité au vu de l’importance de l’investissement et le résultat devra être à la hauteur des sacrifices consentis.
Avec l’expression de ma considération distinguée.

J. Bronkart
Ir Architecte


Courrier à Philippe Henry
posté le 23 novembre 2011 par Mercenier Claudy

Mr le ministre,

la proposition d’Urbagora de créer un lien avec le tram et la gare Vivegnis me paraît intéressant. Par contre, n’étant pas un spécialiste du tram, le tracé que Urbagora propose via les rues Maghin, Dony, St Léonard et Commandant Marchand me paraît personnellement tortueux.

Il me semble qu’une réponse précise et argumentée sur l’ensemble de la proposition d’Urbagora serait de nature à garantir à la fois la qualité du débat et le meilleur choix technique et durable pour les Liégeois.

Recevez mes meilleures salutations.


Courrier à Philippe Henry
posté le 17 novembre 2011 par Emile

Tracé du tram à Liège : Allez-vous enfin vous soucier des besoins de la population et ne plus vous cantonner dans une idée fixe que la majorité des citoyens refuse ?


Courrier à Philippe Henry
posté le 14 novembre 2011 par Laurent Redondo

Je ne souhaite pas relancer à nouveau l’éternel débat sur les solutions à apporter aux cœurs des quartiers mais il est évident qu’un choix souterrain s’impose, au minimum, entre la place Saint-Lambert et Coronmeuse. Avec les techniques actuelles de fonçage, les travaux provoqueraient nettement moins de tracas et les coûts ne seraient pas forcément beaucoup plus lourds. Qui plus est, faire passer le tram place Vivegnis impose une poursuite vers Herstal parfaitement impossible.

Une étude détaillée du tracé fait surgir immanquablement un déficit de place pour aligner deux voies ferrées dans la plupart des quartiers traversés dans le centre. La même remarque semble judicieuse pour de nombreux points d’intérêt en Outremeuse.

L’investissement dans le tram ne doit pas se penser sur une cinquantaine d’années mais encore bien plus loin.


Courrier à Philippe Henry
posté le 15 novembre 2011 par Thomas

Pour ma part, et parce que j’essaie aussi de voir le bien dans chaque option, le passage par les quais de Saint Leonard me semble être une bonne opportunité de les revitaliser et de domestiquer une fois pour toutes l’auto dans ce secteur. Un peu comme l’intervention sur les quais de Bordeaux, que j’ai vus il y a quelques jours. C’est en effet dommageable pour la rue Saint Leonard, qui restera envahie par les voitures, et pour le projet original de point multitransports à Vivegnis. Soit dit en passant, l’excellent projet de station REL à cet endroit peut quand même être poursuivi : faute de tram, mettons des lignes de bus. Ils ne vont pas disparaître, en fin de compte.
Par contre je ne serais pas pour enterrer le tram. Il faut le voir, et il faut que l’auto cède sa place. S’il faut enterrer quelque chose, c’est le trafic de transit (c’est l’arlésienne de l’enterrement des quais rive gauche entre Prémontrés et Maghin) !
Je crois avoir entendu dire que le GRE préparait une étude pour une seconde ligne de tram, selon un axe Ans-Fléron. Quelqu’un sait si c’est sérieux, ou juste pour "l’épate" ? Sinon, il faudrait en tenir compte dans les débats présents, non ?


Courrier à Philippe Henry
posté le 22 novembre 2011 par Arnaud

Un problème majeur du tram pour moi est qu’il est ouvertement presenté comme un projet anti-voitures. Ce n’est pas avec de la haine qu’on fait avancer les choses. La voiture est et restera pour longtemps un moyen favori de déplacement. Ne serait-ce que parce que si on a les moyens de se la payer, on serait vraiment idiot de ne pas l’utiliser.
Et avant d’esperer faire revenir les Beaufayards, .. en ville , on peut deja être content qu’ils viennent y faire leurs emplettes, ..en voiture.
Je serais beaucoup plus interessé de voir des données sur les flux de voyageurs en ville classés par origine/destination. Il est difficile de ne pas voir l’impact d’un jour de congé scolaire sur la circulation. Si le problème d’embouteillage provient principalement des écoles alors il faut y trouver une solution spécifique. Pourquoi pas une navette de bus par école jusqu’aux parkings de délestage situés en bordure de ville. Là les parents pourraient prendre ’livraison’ de leur enfants.
Autre chose : le tracé du tram comme des bus, reprend le Bvd de la Sauvenière . Est-ce vraiment bien utile ? Si on resoud le problème des écoles séparement, on peut alors trouver des solutions spécifiques pour les piétons ’ordinaires’. Ainsi je pense que l’axe rue Pont d’Avroy, rue Cathédrale est bien plus intéressant pour eux. Pourquoi pas un tapis roulant sur lequel on pourrait monter/descendre à sa guise ?
Un transport sur rail peut encore être envisagé mais uniquement pour les connections avec les faubourgs. Dans ce cas il n’y a pas besoin de passer à travers tout le centre. Et on dispose déjà de la ligne Palais vers Herstal pour cet usage.
En essayant de comprendre qui voyage, d’où il vient et où il va on peut certainement trouver des solutions qui repondent plus aux attentes des usagers sans déverser des flots d’argent en espérant qu’ils vont tout resoudre. Centrer la ville sur le tram est tout aussi ridicule que de la donner entiérement aux voitures. Les solutions miracles, on n’y croit plus.


Courrier à Philippe Henry
posté le 12 novembre 2011 par alain jacquet

Cher François,
Chers membres d’Urbagora,
Mesdames, Messieurs,

Le projet du TRAM arrivé à ce stade charnière, il me semble important de l’envisager sous tous ces aspects.

Aspect mobilité : nous connaissons les tracés officiel et d’urbagora. Il est évident pour tous les liégeois qui utilisent les transports publics que ceux-ci sont engorgés à Liège. Prétendre le contraire serait la preuve d’une méconnaissance réelle. Les questions sont donc bonnes. Mais la réponse l’est-elle ? En tous cas, pour les utilisateurs du TEC Liège-Verviers (le plus gros en wallonie, avec la ligne 4, la plus fréquentée), il est évident que "NON". Le TRAM OFFICIEL et MINISTERIEL s’il ne se fait pas, c’est évident, ne pourra résoudre les problèmes. S’il se fait, il ne les résoudra malheureusement pas non plus. Tous les utilisateurs le savent. Sa conception imposera des changement nombreux entre bus et tram. L’espacement de ses arrêts poussera à s’en détourner. Les liens avec le train seront plus que limités. Les voitures continueront à croiser le tram puisqu’on abbaterait même des arbres boulevard d’avroy plutôt que de réduire la place de l’automobile. Finalement, seuls les visiteurs de l’hypothétique et ponctuelle LIEGE 2017 y trouveraient leur compte. En plus, évidemment, des riverains de ses arrêts forts peu nombreux et très éloignés. Il suffit de regarder le tracé ministériel pour savoir que l’enquête publique ne concernera que très peu de personnes.

Aspect politique : finalement réflexion faite, c’est ici le plus important des aspects. En effet, le PROJET du tram a plusieurs vertus de ce point de vue.

A l’origine, c’est une formidable communication liée encore et toujours à LIEGE 2017. Si LIEGE 2017, dont la réalisation effective dépend d’une autorité fort éloignée, ne se fait pas, ce sera une petite catastrophe "mobile" mais ça aura fait avancer un peu "l’AGGLO". Du moins c’est le souhait du Bourgmestre et des Echevins. Elargir Liège. Dépasser le cadre étriqué d’une ville qui a perdu 50.000 habitants. Lutter contre la rurbanisation. Equilibrer les finances. Le tram officiel pourrait-il vraiment faire cela ?

Au seuil de cette année électorale, c’est aussi le moyen de museler l’opposition communale qui ne peut se démarquer trop franchement de ces deux dossiers liés et "si positifs" pour une LIEGE qui "retrouve son statut".

Au niveau supérieur et régional, c’est du grand art politique. Si le tram ne se fait pas (LIEGE 2017 ou non) ce sera au final la faute du ministre Ecolo. S’il se fait tel que proposé et même imposé par les autorités cette catastrophe annoncée sera, pendant plus d’un demi siècle, la responsabilité d’Ecolo.

En définitive, le TRAM un projet qui, comme LIEGE 2017, doit être assumé par d’autres.

Si vraiment les questions de la mobilité en ville se posent et que les transports en commun sont saturés, les autorités pourraient peut-être simplement penser à réorganiser la ville en élargissant le périmètre d’où la voiture est exclue. Les transports en commun pourraient être réorganisés profondément et gagner de la vitesse commerciale. Mais ici il s’agit d’un tabou évidemment. De cela il ne peut être question. Car en effet, dans ce cas les autorités liégeoises se soumettraient à des "diktas idéologiques anti-automobile".

Allez, bonne route !

Alain JACQUET


Poster un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.