accueil interventions communiqués téléphérique : il faut rendre possible à (...)

Téléphérique : il faut rendre possible à l’avenir l’extension du tram vers la place Vivegnis

mardi 17 mars 2015,

Tags liés à cet article :

À en croire la presse des derniers jours, la proposition de construire un téléphérique vers la Citadelle, lancée en 2008 par notre association, est en train de sortir du domaine de l’utopie pour devenir petit à petit un projet concret. Nous nous en réjouissons vivement et nous apportons notre soutien aux responsables politiques qui s’engagent en faveur de ce projet. Nous espérons que le téléphérique pourra rapidement prendre corps et remplir de multiples missions : désengorger l’accès à l’hôpital de la Citadelle, constituer un maillon supplémentaire dans le réseau de transport en commun de l’agglomération, offrir aux cyclistes une possibilité de remonter vers Sainte-Walburge, Rocourt ou Vottem (et réduire par conséquent la pression automobile sur le centre-ville), contribuer à l’attractivité touristique de Liège, jouer un rôle qui pourrait s’avérer déterminant dans un dispositif de logistique urbaine qui évitera l’entrée dans le centre-ville de nombreux camions, etc.

Nous notons également que la Ville de Namur vient de s’engager dans la construction d’un nouveau téléphérique, reliant le panier à la Citadelle tandis que plusieurs projets sont sérieusement envisagés en Région bruxelloise (notamment à Forest et à Schaerbeek), dans une optique du maillage du réseau de transport public. Nous souhaitons qu’un marché conjoint puisse être, dès à présent, envisagé entre ces différents projets, afin de réduire le coût d’investissement pour le pouvoir public et réaliser certaines économies d’échelles à long terme.

Parallèlement, après les conclusions très positives de l’étude menée au cours de la dernière législature pour le compte de la Région wallonne (étude « REC-REL »), l’accord conclu à l’automne pour la formation du gouvernement fédéral prévoit à présent des avancées dans le dossier, il semble que le dossier du REL est — enfin ! — en train d’avancer de manière concrète. L’hypothèse de la réouverture de la station de la place Vivegnis semble donc désormais possible sinon probable à moyen terme.

Pour l’asbl urbAgora, ces avancées significatives dans le débat sur la mobilité liégeoise devraient amener à réaliser certaines adaptations au projet actuel de tram, pour maximiser les interactions possibles entre celui-ci et les autres éléments à venir du réseau de transport public liégeois.

En particulier, nous continuons à penser que le site de la place Vivegnis est le lieu le plus indiqué pour organiser l’intermodalité entre le téléphérique, le train et le tram — intermodalité sans laquelle le projet de téléphérique perdra une grande partie de son intérêt.

Les abords de la place Vivegnis offrent également des espaces suffisants à l’installation d’une infrastructure de logistique urbaine, qui permettrait d’utiliser le téléphérique pour acheminer vers la Ville diverses marchandises qui y entrent aujourd’hui en camion.

Or le tracé actuel du tram (une voie rue Feronstrée, une autre sur les quais) hypothèque de façon quasiment irrémédiable la possibilité même de réaliser à l’avenir une antenne du tram jusqu’à la place Vivegnis en empruntant la rue Maghin.

PNG - 932.7 ko

Dès lors, il nous semble qu’il est souhaitable, tant que la chose est encore possible, de ramener, comme nous l’avons toujours défendu, les deux voies du tram dans la rue Feronstrée ; ce qui rendra possible la construction (immédiate ou plus lointaine) d’une antenne vers la place Vivegnis. Cette antenne permettrait d’ajouter une ligne de tram supplémentaire entre la place Vivegnis et le Sud de la Ville, venant renforcer sur le tronçon central, là où la demande de mobilité est la plus forte.

PNG - 951.2 ko

Cette option, techniquement réaliste, a, on le sait, de multiples avantages :

  • Éviter que le téléphérique ne donne vue à l’intérieur de nombreuses habitations privées (ou que ses fenêtres ne doivent être occultées), ce qui semble inévitable si la gare aval est localisée place des Déportés ;
  • Permettre aux usagers de la ligne 34 (desservant Herstal, le zoning des Hauts-Sarts et le plateau hesbignon) de passer facilement du train au tram et inversement, ce qui n’est pas possible dans le projet actuel du tram (où il faut aller jusqu’aux Guillemins pour trouver un point d’intermodalité digne de ce nom) ;
  • Réaliser une économie substantielle dans la réalisation du tram, en simplifiant les travaux à réaliser — économie qui permettrait éventuellement de financer l’extension proposée vers la place Vivegnis (ou de rendre la première phase du projet de tram plus compatible avec les moyens mis sur la table par le gouvernement régional) ;
  • Améliorer la lisibilité du réseau, car on sait que le tram sera un repère urbain très important pour nos visiteurs ;
  • Permettre une éventuelle extension future du réseau de tram via le Pont Maghin (impossible dans le schéma actuel puisqu’une des deux voies de tram passe sous le pont) ;
  • Améliorer la desserte du quartier Hors-Château, en localisant les deux arrêts de tram en Feronstrée — et non l’un en Feronstrée et l’autre sur le quai, comme actuellement prévu —, ce qui augmentera notamment leur proximité avec les nombreuses écoles ;
  • Améliorer considérablement la desserte en transport public du quartier Saint-Léonard, en évitant de déporter l’essentiel de l’offre de transport public vers le quai Saint-Léonard et en maintenant une offre au cœur du quartier ;

Il nous semble également nécessaire de rappeler toute importance qu’il convient d’accorder, dans pareil projet, à l’inscription paysagère des stations de départ et arrivée.

De même, les grandes qualités que l’on connait à la place Vivegnis — et notamment sa très grande convivialité — devront, si le téléphérique y arrive, être autant que possible conservées ; ce qui ne sera sans doute possible qu’en limitant très fortement l’accès automobile à cette place.

Lire aussi

Conférence de presse | Et si le tram passait par le quartier St Léonard...

mercredi 23 mai 2012,

Le sujet a déjà été abordé à de nombreuses reprises : le gouvernement wallon a opté pour un passage du tram sur les quais plutôt qu’à travers le quartier Saint-Léonard. Dans certaines réunions publiques, ce choix a été justifié par les représentants de l’autorité régionale au motif des « centaines (...)

 

Le forum de cet article

3 messages

Téléphérique : il faut rendre possible à l’avenir l’extension du tram vers la (...)
posté le 5 septembre 2015

On ne construit pas une ligne de tram en fonction de la convivialité d’un endroit (cfr la place Vivegnis)...Par ailleurs, multiplier les propositions de tracé alors qu’un choix a été effectué conforte les opposants au projet (et ils sont plus nombreux que certains imaginent...l) que les liégeois n’étant même pas d’accord entre eux, peuvent très bien se passer d’un tel investissement !..... Il faudrait avoir les pieds sur terre !


Une autre idée de téléphérique
posté le 11 août 2015 par Philippe Dehalu, Ingénieur civil des constructions AILg

Un autre projet de téléphérique mériterait d’être lancé : la liaison Guillemins-Sart Tilman
Le développement très important du Sart Tilman (Université, CHU, Giga, Parc Scientifique, Country Hall Ethias) transforme cette zone en un gigantesque parking, en raison pour partie à des connections par transport public insuffisantes et mal adaptées.
De plus en plus de villes au monde font appel au téléphérique pour résoudre leurs problèmes de transport public. Une liaison par câble peut atteindre des capacités de transport jusqu’à 3.000 passagers/ heure (comme un tram), chacun disposant d’une place assise confortable. La capacité de transport peut être modulée suivant la demande, ou la période de la journée. Son coût est faible en raison d’infrastructures légères et c’est une solution hautement écologique.
La liaison envisagée relierait la gare des Guillemins au CHU avec des stations dans le Parc Scientifique et à l’Université ( Auditoires de l’Europe). Elle pourrait "survoler" le domaine SNCB des Guillemins à Kinkempois puis s’élever au-dessus des arbres jusqu’au Bois Saint-Jean (Parc Scientifique), ensuite à travers le Campus universitaire.
Voir à ce sujet le site du spécialiste mondial du téléphérique www.poma.net et les études du laboratoire Eiffage pour la Ville de Grenoble
A votre réflexion et ouvert à tout échange
Philippe Dehalu


Téléphérique : il faut rendre possible à l’avenir l’extension du tram vers la (...)
posté le 26 avril 2015 par berdeter

J’ai toujours été retissent au projet de tram, mais ce téléphérique lui me semble intéressant.


Poster un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.