accueil interventions communiqués combien va coûter le tram liégeois ?

Combien va coûter le tram liégeois ?

jeudi 8 mai 2008,

Tags liés à cet article :

Le 17 avril dernier, ont été présentées à la presse les principales conclusions de l’étude commandée par le gouvernement wallon et réalisée par la société régionale wallonne des transports (SRWT) concernant le transport public à Liège. Bien que le texte de cette étude ne soit pas encore accessible — ce qui est regrettable —, le débat public n’a pas manqué de rebondir à la suite de cette première présentation.

En particulier, le chiffre faramineux de 700 millions d’euros a été avancé pour prix de la réalisation d’une ligne unique de 12,5 km, puis repris abondamment en divers endroits ; suite à quoi les commentaires se sont évidemment multipliés sur le coût démesuré du projet.

L’explication est pourtant simple. Le chiffre de 700 millions d’euros agrège l’investissement (300 millions) et le coût d’exploitation présumé sur trente ans (400 millions). L’association urbAgora s’étonne de cette manière de présenter les chiffres. S’il est heureux et souhaitable que les pouvoirs publics se préoccupent des coûts des gestion futurs des investissements qu’ils réalisent, l’agrégation de ces deux chiffres n’est en effet pas sérieuse.

— Tout d’abord, l’évolution des coûts d’exploitation à long terme est soumise à des variables difficilement prévisibles (évolution de la fréquentation, augmentation du prix de l’énergie et des salaires, politique tarifaire, etc) de sorte que le chiffre annoncé pour l’exploitation ne peut au mieux être considéré qu’à titre indicatif (au contraire de l’investissement initial qu’il devrait être possible de prévoir avec plus de précision).

— Ensuite, sur le principe, l’agrégation en un seul chiffre d’un stock (l’investissement initial) et d’un flux (le coût d’exploitation annuel) ne semble pas aider à la juste appréhension des enjeux. Là où le premier doit en effet être déboursé à la mise en oeuvre (entraînant éventuellement un endettement), le second est étalé dans le temps et s’accompagnera (sinon s’alimentera) des effets bénéfiques de l’implantation du tram (diminution de la pression automobile, revitalisation de quartiers entiers, regain d’activité et donc de recettes fiscales, amélioration de la qualité de vie, etc).

— Enfin, cette présentation agrégée rend litigieuses les comparaisons avec d’autres projets d’investissements publics pour lesquels les coûts d’exploitation attendus ne sont jamais mentionnés.

Bref, la présentation du chiffre de 700 millions n’est pas de nature à favoriser un débat de qualité sur la question du tram liégeois, son tracé, son ampleur... (débat qui devrait d’ailleurs précéder l’évaluation budgétaire). On voudrait décrédibiliser a priori le projet qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Rappelons qu’il est admis que le coût de construction d’un tram se situe aux environs d’une vingtaine de millions d’euros du kilomètre (montant de la plupart des projets récemment mis en oeuvre), avec un minimum d’une dizaine de millions d’euros au kilomètre (Charleroi) et un maximum d’une trentaine de millions pour les projets qui intègrent une refonte urbanistique profonde des quartiers traversés (Strasbourg).

L’association urbAgora proposera une analyse détaillée de l’étude de la SRWT dès que celle-ci sera disponible.